Interview Le Petit Journal Singapour

Nous continuons notre série de portraits avec le candidat PS, Marc Villard, aux élections législatives de 2012 pour la 11ème circonscription des Français établis hors de France

 Marc Villard est candidat aux élections législatives de 2012 pour la 11ème circonscription des Français établis hors de France avec le soutien du Parti Socialiste. Expatrié depuis 30 ans, d’abord en Côte d’Ivoire et au Togo puis au Vietnam depuis 22 ans, où après avoir travaillé pendant 18 ans pour un grand groupe pharmaceutique français, il est aujourd’hui directeur du développement d’une société de droit local, dirigée par des Français, qui importe et distribue exclusivement des produits dermo-cosmétiques français. Marié à une Vietnamienne, il est père de trois enfants majeurs qui vivent en France.

Marc Villard est un homme de terrain. Membre du Parti Socialiste et élu à l’ADFE depuis 2000, il était jusqu’en mars dernier président de la Chambre de Commerce et d’Industrie française au Vietnam, poste qu’il a occupé à plusieurs reprises depuis 1998. Il assurait ce dernier mandat depuis mars 2007. Il a également été l’un des trois vice-présidents de l’Assemblée de Français de l’Etranger de 2003 à 2006, il est actuellement président de la Commission des Finances et Affaires Economiques de l’AFE.?Sa suppléante, Laure Desmonts, est expatriée en Asie depuis 8 ans et vit à Canton avec son époux où elle exerce en tant que consultante en ressources humaines. Engagée lors de son cursus universitaire à l’UNEF, elle a rejoint une fois à Canton le Parti Socialiste et l’ADFE.

Marc Villard – Etre député permettra de prolonger le travail effectué au sein de l’Assemblée des Français de l’Etranger avec plus d’efficacité et une audience plus forte

Elu à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) dans la circonscription Asie du Sud-est et Président de la Commission des affaires économiques et financières depuis 2006, mon rôle est de faire remonter au gouvernement, aux administrations et aux sénateurs des Français de l’Etranger les préoccupations des Français de l’étranger, de faire des propositions. Toutefois, cette assemblée est une assemblée consultative, ce qui limite singulièrement la portée de nos actions, de nos recommandations ou suggestions. Etre député, cela signifie participer à l’élaboration de la loi. C’est donc une formidable opportunité de prolonger le travail effectué à l’Assemblée des Français de l’étranger avec plus d’efficacité et une audience plus forte.

Mes préoccupations sont celles des Français de l’étranger

De part mon expérience en tant qu’élu, je peux vous assurer que les préoccupations de nos compatriotes sont quasi identiques partout dans le monde entier avec différentes acuités selon l’environnement du pays d’accueil. Cela concerne la scolarité, la protection sociale (y compris les retraites), la fiscalité, le réseau consulaire et la sécurité. Viennent si rajouter depuis quelques années des préoccupations concernant l’appui aux entreprises, la sécurité des investissements. En effet la typologie et le statut des nouveaux expatriés par rapport aux entreprises ont évolué depuis quelques années. Il y a de plus en plus de PME et de PMI, de jeunes entrepreneurs individuels, d’étudiants qui acquièrent leur première expérience professionnelle à l’étranger.

Si je suis élu, je résiderai en France et je m’appuierai sur les relais locaux

L’essentiel du travail d’un député se fait à l’Assemblée Nationale lors des sessions parlementaires, en commission, dans le cadre de l’élaboration des textes de lois. Cela implique donc d’être basé à Paris, je m’y suis préparé. Cependant, il est indispensable de rester en contact avec les Français établis hors de France. Le mode de fonctionnement des futurs députés devrait, je pense, s’apparenter à celui des députés des Territoires ou Départements d’Outre-mer qui passent environ deux tiers de leur temps à Paris et un tiers de leur temps dans leur circonscription. Même s’il est vrai que la 11ème circonscription est une zone immense. Il faudra donc alterner les voyages dans les différents pays selon l’actualité et les besoins. S’appuyer sur des relais locaux sera très important, les élus de l’Assemblée des Français de l’Etranger sont des interlocuteurs incontournables qui connaissent parfaitement leur terrain, il y a également les réseaux associatifs et politiques.

Mobilisez-vous,  Français de l’étranger lors des élections présidentielles puis législatives pour donner du poids à vos représentants

Une des raisons pour lesquelles je ne me suis pas beaucoup exprimé jusqu’à présent dans cette campagne c’est que je pense qu’aujourd’hui les électeurs sont plus préoccupés par la prochaine échéance présidentielle que celle des législatives. Dans les deux cas, il faut que les Français établis hors de France se mobilisent et votent massivement. C’est une chance formidable de pouvoir élire un député qui nous représentera au sein de l’Assemblée Nationale. Car d’un point de vue de la représentation parlementaire jusqu’à présent il y avait un déséquilibre : les sénateurs n’avaient pas d’équivalent et  les propositions de lois lancées ne trouvaient pas toujours suffisamment d’appuis à l’Assemblée. Lorsque l’on connaît les préjugés qui peuvent exister à l’encontre des Français de l’étranger pour cause de méconnaissance de la réalité de leur vie quotidienne,  cette représentation à l’Assemblée devient plus que nécessaire. De cette forte participation découlera la légitimité et le poids de ces députés. Il ne faut pas oublier qu’en période de restrictions budgétaires, les Français de l’étranger seront les premières victimes des coupes budgétaires ! Il faut, en votant massivement qu’ils manifestent leur attachement et leur intérêt pour la vie politique en France.

Propos recueillis par Carole Chomat (www.lepetitjournal.com-Singapour) mercredi 28 mars 2012