« Et malgré tous nos efforts, nous n’arrivons pas à faire des unes aussi c… que celles du Point »…

Cette phrase est mise par Joan Sfar, dessinateur caricaturiste, dans la bouche de Christophe Barbier , directeur de l’Express.

Elle sert de conclusion, et de chute, à un article de Marianne, du Samedi 29 Juin 2013,  Les bons apôtres du « Hollande bashing », dû à François Loncle , député SRC de la 4éme circonscription de l’Eure.

Marianne
      Les bons apôtres du « Hollande bashing »
      François Loncle* | Samedi 29 Juin 2013
Le dénigrement systématique du président de la République, baptisé le « Hollande bashing », fait rage dans les magazines. Mais que cache cette charge qui tourne à la chasse à l’homme ?
Le « Hollande bashing » devient la spécialité des hebdomadaires. Le Point a ouvert les hostilités… dès le 17 mai 2012 ! D’autres newsmagazines ont à leur tour entonné l’air de la Calomnie. Ce lynchage est d’autant plus méprisable que l’intéressé ne peut pas répondre, au risque sinon d’être accusé d’attenter à la sacro-sainte liberté de la presse. La critique par les médias de l’action présidentielle est en démocratie un droit légitime à une condition : que ce débat se déroule dans la décence et le respect.

Or, ces hebdomadaires ont remplacé l’analyse par la médisance, l’investigation par le clabaudage. Les journalistes ne sont plus des rédacteurs mais des détracteurs, plus des enquêteurs mais des procureurs.

Dans cette course à l’échalote, le Point, qui appartient à François Pinault, l’un des invités du Fouquet’s, a sonné l’hallali, le directeur de la publication, Franz-Olivier Giesbert, se réjouissant « d’avoir un coup d’avance sur les autres ».

Puis l’Express  s’est lancé, à son tour, dans la chasse à l’homme…..

Lire la suite…