Des volte-face guidées par des préoccupations purement « électoralistes » qui peinent à cacher le vrai visage de la Majorité

Retrait du projet de taxation supplémentaire des résidences secondaire des non résidents, abandon des projets sur la bi-nationalité….
Des volte-face guidées par des préoccupations purement « électoralistes » qui peinent à cacher le vrai visage de la Majorité

Dans un communiqué aux accents aussi auto-satisfaits que triomphalistes les Sénateurs UMP représentant les français établis hors de France nous annoncent le retrait de l’article 17 (Taxation de 20% supplémentaire des résidences  »secondaires » des Français non résidents,) l’abandon définitif du projet concernant la bi-nationalité, l’attachement de Nicolas Sarkozy à la  »Gratuité » et son profond intérêt pour les Français à l’étranger ….

Ils passent sous silence la résolution adoptée à l’unanimité par l’AFE antérieurement à leur action, résolution demandant l’ abandon de l’article 17, préférant se mettre en avant, peut être parce que cela aurait pu les obliger à mentionner que cette résolution a été une initiative de Gauche au sein de notre Assemblée….

Si on peut se réjouir de voir abandonner le projet de taxation des résidences  »secondaires » des Français de l’étranger on peut cependant se poser quelques questions….et avoir quelques inquiétudes pour le futur.

Interrogation sur le fait que le gouvernement et les députés de la majorité paraissent jouer aux pompiers pyromanes lançant des projets de lois et de décrets qui inquiètent et mécontentent les Français de l’étranger dans le seul but de les rassurer ensuite en permettant au Président de la République qui apparaît ainsi comme à l »écoute de nos préoccupations de les annuler….

Interrogation sur le fait que ces volte-face ne sont dictées que par des préoccupations électoralistes comme le met en évidence le sous titre de la lettre N° 8 de l’UMP (Gare à la sanction des Urnes , au sujet du projet de fiscalisation des Français à l’étranger) ou encore plus crûment exprimées dans la lettre datée du 1er juin que ces sénateurs ont envoyée à Nicolas Sarkozy:

Je cite:

A propos de la taxation des résidences secondaires des Français à l’étranger :  » Nous entrons dans une période pré-électorale. Nous pensions donc que le gouvernement soucieux de faciliter votre ré-élection cultiverait cet avantage (!!!) Malheureusement il n’en est rien. La taxation supplémentaire de 20% sur les résidences secondaires pour les non résidents…/… a été ressentie comme un coup de tonnerre…. »

Plus loin, à propos de la récente mesure de plafonnement de la prise en charge, mesure de bon sens face à un dispositif ingérable dans la situation budgétaire actuelle;

je cite :

 »mais le récent décret plafonnant la prise en charge des frais de scolarité des classes de lycée donne un coup de grâce à notre action en votre faveur. …/… En effet heurter les électeurs avant une élection n’est pas à conseiller (!!!)  »,

et cerise sur le gâteau:

 »Ce serait un comble que les mesures prometteuses que vous avez fait prendre…/…se retournent contre nous tous parce que le gouvernement a oublié que des élections fondamentales se déroulaient l’année prochaine »

On est en droit de se poser des questions sur ce qu’il adviendra après les élections si Nicolas Sarkozy est ré-élu de ces décisions qui comme l’abandon du projet de taxation des résidences secondaires des français de l’étranger apparaissent clairement dictées par des préoccupation électoralistes…et de s’inquiéter.

Enfin on peut s’interroger sur la logique de Nicolas Sarkozy qui d’un côté apparait soucieux des préoccupations des Français à l’étranger, BI-nationalité, Fiscalité…et qui de l’autre alors que la situation budgétaire catastrophique le contraint à accepter un plafonnement de la prise en charge de la scolarité, multiplie les cadeaux aux plus nantis….

L’abandon du bouclier fiscal n’est qu’une mascarade puisque dans le même temps le seuil de l’ISF est relevé accordant ainsi , pour les patrimoines les plus importants — ceux au-delà de 17 millions d’euros– un avantage identique à celui que donnait le bouclier fiscal….

Marc Villard
Conseiller Elu Assemblée des Français à l’Etranger
Président de la Commission des Finances et Affaires Economiques