François Hollande présente ses propositions pour les Français de l’étranger

A l’approche du 1er tour de l’élection présidentielle, lepetitjournal.com a sollicité l’ensemble des candidats afin de connaître leurs propositions sur certaines thématiques importantes des Français de l’étranger. Suite de notre série d’entretiens avec les propositions de François Hollande, candidat du Parti Socialiste. (Photo AFP)

Avec près de 2,5 millions de citoyens dont plus de 1,1 million inscrits sur les Listes Electorales Consulaires, les Français de l’étranger représentent un poids non négligeable dans cette élection. Ce scrutin présidentiel ainsi que les premières législatives des Français de l’étranger permettront à l’ensemble des communautés françaises expatriées de se saisir des problématiques qui les touchent directement.

FISCALITE – Etes-vous favorable à l’instauration d’une nouvelle imposition des Français établis hors de France ? Si oui, sous quelles conditions ?

La droite laissera en 2012 les finances de notre pays dans un état tel qu’un effort sera nécessaire. Les Français y sont prêts, mais ils veulent de la justice : chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens. Dans le cadre de la grande réforme fiscale que je propose, ce seront d’abord les plus aisés qui seront mis à contribution. Cela concerne également les Français de l’étranger, qui font partie de la communauté nationale : ce sont, pour leur grande majorité, des travailleurs ou des étudiants qui ont choisi de vivre à l’étranger et qui, le cas échéant, y acquittent leurs impôts. Je ne souhaite pas faire peser une charge supplémentaire sur leurs épaules. En revanche, il est juste que ceux qui ont quitté le territoire pour échapper à la solidarité nationale soient sollicités. Si les Français me font confiance, nous renégocierons les conventions signées avec les pays concentrant le plus d’exils fiscaux : Belgique, Luxembourg, Suisse.

Lire la suite…

 

Source Le Petit Journal du 11 Avril 2012  (Cliquez ici)

Lire aussi: François Hollande détaille le calendrier de sa première année de mandat