Laure Desmonts, suppléante de Marc Villard, en visite au Japon

Du samedi 9 au lundi 11 juin, Laure Desmonts, candidate suppléante avec Marc Villard, est venue au Japon rencontrer les Français du Japon qui, le 3 juin dernier, ont placé en tête le candidat de la majorité présidentielle avec 27,7% des voix.
A Tokyo et dans le Tohoku, Laure Desmonts a rencontré ses compatriotes à plusieurs reprises et s’est informée de leurs préoccupations. De façon thématique, la candidate s’est intéressée aux questions relatives à :
– l’éducation : en rencontrant des parents d’élèves et des enseignants du Lycée français international de Tokyo et en se rendant à Takinogawa admirer le nouvel Etablissement scolaire (mais sans entrer dans l’enceinte par respect de la laïcité puisque nous sommes en période électorale). A Fukushima-shi et à Koriyama, Laure Desmonts a pu découvrir les écoles privées Agora qui œuvrent pour l’apprentissage des langues étrangères, dont le français. La question du transfert intégral du montant de la PEC au profit des bourses a été souvent abordée.
– l’économie : Laure Desmonts s’est entretenue avec des chefs d’entreprise et des auto-entrepreneurs qui travaillent à Tokyo et dans le Tohoku. Elle s’est enquis des spécificités des milieux d’affaires français au Japon d’autant plus facilement que ces sujets la concernent. Elle-même est cadre dans une entreprise en Chine et elle est suppléante de Marc Villard, entrepreneur et ancien président de la Chambre de commerce du Vietnam.
– le social : de ses rencontres avec des syndicalistes confrontés au droit du travail japonais et aux interprétations de leurs tutelles, Laure Desmonts a mesuré les avancées qui pouvaient être accordées (homogénéisation des contrats de travail, remboursement de frais fixes…). Elle a rappelé les propositions faites par Marc Villard sur le sujet lors de sa venue à Tokyo en mai 2012.
– l’environnement : les inquiétudes des Français de l’Est du Japon mais aussi de Tokyo au sujet de la radioactivité a retenu toute l’attention de la candidate. En plus des drames et des conséquences multiples du 11 mars, le problème de la contamination nucléaire des aliments ou des sols est souvent revenu chez nos compatriotes. Laure Desmonts souhaite que les efforts d’information de la part des autorités françaises s’intensifient en lien avec les autorités japonaises et s’adaptent aux besoins des Français du Tohoku. Par ailleurs, le conventionnement par la CFE d’établissements japonais réalisant des bilans de type « bodyscan » doit être un objectif à atteindre dans les meilleurs délais.
– la culture : des rencontres avec des artistes et des acteurs de la politique culturelle de la France à l’étranger ont permis à Laure Desmonts de mesurer l’importance de ce secteur dans les relations franco-japonaises.
– le droit des enfants et des parents : tout comme Marc Villard, la candidate a été saisie du douloureux dossier des enfants séparés d’un des deux parents.  Elle a étudié un dossier de « SOS parents », association très active au Japon où la situation est critique car la Convention de la Haye n’a toujours pas été ratifiée. Une réponse de soutien a été adressé au Président de SOS Parents.
Au cours de la visite de Laure Desmonts au Japon, d’autres sujets ont été évoqués tandis qu’une réunion unitaire a rassemblé les sensibilités politiques qui apportent leur soutien à Marc Villard au second tour : Europe écologie–Les verts ; le Modem Japon, la Parti radical de gauche, le Front de gauche et le MRC Asie-Océanie.